Climat & Environnement

Climat & Environnement

Carbon Capture, Storage & Utilisation (CCSU)

Le captage, le stockage et l'utilisation du carbone (CCSU) est une technologie importante de réduction des émissions de CO2 qui peut être appliquée à l'ensemble du système énergétique. Le CCSU consiste à capter le CO2 provenant de centrales électriques ou d'installations industrielles utilisant des combustibles fossiles ou de la biomasse comme carburant. Le CO2 peut également être capté directement dans l'atmosphère (direct air capture). Le CO2 capté peut être utilisé comme feedstock pour la production de produits énergétiques tels que les carburants synthétiques. Ceux-ci sont produits à partir de l’hydrogène vert (électrolyse avec de l'électricité renouvelable) et de CO2 (capté). Grâce à la synthèse Fischer-Tropsch et une conversion complémentaire, ils sont transformés en un carburant liquide qui présente les mêmes caractéristiques que l'essence et le diesel classiques.

Les projets CCSU en Europe: ouvrez ici

Objectifs climatiques

Le Green Deal Européen

L'Union européenne a l'd’être le premier continent neutre pour le climat. Elle a lancé le Green Deal qui comprend une stratégie et des actions autour de 10 thèmes.

Pour plus d'info: cliquez ici

L'accord de Paris

L’Accord de Paris (2015) jette les bases des politiques nationales et internationales pour les décennies à venir afin de lutter contre le changement climatique. L’objectif principal est de contenir l’augmentation des températures largement en dessous de 2 °C (par rapport à l’ère préindustrielle) et même de viser à la limiter à 1,5 °C. Pour ce faire, il faut une transition vers une société bas carbone.

Lien vers l'accord de Paris

Le Green Deal de l'Union Européenne

L'Union européenne a l'd’être le premier continent neutre pour le climat. Elle a lancé le Green Deal qui comprend une stratégie et des actions autour de 10 thèmes.

Pour plus d'info: cliquez ici

L’Accord de Paris (2015) jette les bases des politiques nationales et internationales pour les décennies à venir afin de lutter contre le changement climatique. L’objectif principal est de contenir l’augmentation des températures largement en dessous de 2 °C (par rapport à l’ère préindustrielle) et même de viser à la limiter à 1,5 °C. Pour ce faire, il faut une transition vers une société bas carbone.

D’ici 2030, l’Union européenne souhaite réaliser les objectifs suivants par rapport à 2005 :
1.    Réduire les émissions de gaz à effet de serre d’au moins 40 %
2.    Augmenter la part des énergies renouvelables à 32 %
3.    Améliorer l'efficacité énergétique d'au moins 32,5 %.

En ce qui concerne les véhicules, le Conseil de l’UE a formellement adopté le 15 avril 2019 le règlement fixant des normes d'émissions de CO2 pour les voitures et les camionnettes après 2020. À partir de 2030, les nouvelles voitures devront émettre, en moyenne, 37,5 % de CO2 en moins par rapport à 2021. D’ici 2030, les émissions de CO2 des poids lourds devront être réduites de 30 % par rapport à 2019.

Lien vers www.climat.be

Plus d'informations sur les plans climat belge

Plans régionaux

Qualité d'air

La qualité de l'air nous concerne tous. La pollution atmosphérique fait une distinction entre une pollution ayant un impact sur la santé publique (car elle dépend de la qualité de l'air que nous respirons) et une pollution ayant un impact sur l'environnement (telles que les émissions de gaz à effet de serre responsables du réchauffement climatique mais pas directement nocif pour l'être humain). Les principales émissions atmosphériques qui affectent la qualité de l'air sont:

Les particules fines
Les particules fines comprennent toutes les particules solides et liquides en suspension dans l'air. Elles peuvent y rester quelques heures à quelques mois en fonction de leurs caractéristiques et des conditions météorologiques. PM10 est la fraction de particules dont le diamètre aérodynamique est inférieur à 10 micromètres (μm), les PM2,5 ayant un diamètre inférieur à 2,5 μm. D'un diamètre inférieur à 0,1 µm (100 nanomètres), on parle de particules ultrafines. Les particules peuvent provenir de sources anthropiques (d'origine humaine) ou naturelles. Les éruptions volcaniques, l’érosion des sols, le sel marin ou l’apport de sable du désert peuvent être des sources naturelles de particules.

Comment se forment les particules fines? Les particules primaires sont émises directement dans l'atmosphère et peuvent être solides ou liquides. Les particules de suie proviennent principalement du chauffage des maisons. Le transport génère également des particules fines via le pot d'échappement (y compris les moteurs diesel), mais également suite à l'usure des pneux et lors du freinage. Ceci est donc valable pour tous les types de voitures (y compris les voitures électriques).

Une exposition prolongée à des faibles concentrations de particules peut avoir des effets néfastes sur la santé. L'Organisation mondiale de la santé (OMS) indique qu'il existe un risque plus élevé de développer des maladies respiratoires et de réduire l'espérance de vie en raison de troubles cardio-pulmonaires. Ces effets sont plus prononcés chez les personnes âgées, les enfants ou les personnes souffrant de problèmes cardiaques, immunitaires ou respiratoires.

L'oyde d'azote (NOx)
L'oxydes d'azote (NOx) est le nom donné à un mélange composé principalement d'oxyde nitrique (NO) et de dioxyde d'azote (NO2). Les oxydes d’azote sont en grande partie émis par les activités humaines lors des processus de combustion à haute température où l’azote de l’air est oxydé. Les sources les plus importantes de NOx sont le trafic (routier), la production d'énergie et l'industrie et le chauffage des bâtiments. La directive européenne "Cleaner air for Europe" (2008/50 / CE) fixe les valeurs limites pour les émissions atmosphériques des particules fines et d'oxydes d'azote (NOx).